Il s’appelle Ahmad et il danse sa résistance

Pendant que les balles sifflent, que les bombes chutent et que les immeubles dégringolent, Ahmad danse.

Il danse dans les décombres, là où ses frères sont tombés, il danse seul, dans cet amphithéâtre macabre, et le transforme en terrain de jeu où les pas chassés viennent chasser la peur.

Il danse avec les enfants et les jeunes orphelins qui n’ont plus que leurs yeux pour pleurer, et là où naissaient les larmes, il distille la magie de gestes lents et aérés, sème un peu d’espoir, fait surgir des sourires. Et la vie jaillit.

Régulièrement inquiété par les hommes de Daesh, furieux et décontenancés face à ce concept étrange que l’on nomme grâce, Ahmad envoie balader les menaces, danse de plus belle, fait virevolter sa liberté dans tous les recoins de la ville. « Dance or die », répond-il. Car quand les vies dansent, c’est l’évidence : la mort n’a pas sa place.

Il semblerait que je sois actuellement, faute de QI suffisant ou de matériel informatique consentant, dans l’incapacité totale de placer directement ici la vidéo de deux minutes qui donne un aperçu du machin,  alors il va vous falloir cliquer ici.

Ceux d’entre vous qui militent activement pour une pré-rentrée en mode “18 minutes c’est pas le bout du monde” auront plus de chance : mon QI a réussi à convaincre le matériel informatique d’accepter d’obéir à mon injonction de placer ci-dessous le reportage consacré à Ahmad… Enjoy !

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s