Quand la banquise ne meurt pas en silence

Passons, encore une fois, sur les petites et grandes catastrophes de la semaine, pour ne garder, machins du matin obligent, que la beauté du monde… Comme la douce mélodie de ce piano qui vient chuchoter à l’Arctique nos excuses pour ce qu’on lui fait, notre désarroi face aux grands changements de ce monde qui ne nous ressemble plus, notre désespoir face aux icebergs qui finissent par lâcher l’affaire, notre symphonie humaine, si complexe, et si petite, face à l’Arctique qui se meurt…

Merci Ludovico Einaudi de prêter la voix de ton piano aux 8 millions de personnes, qui avec toi et Greenpeace, veulent simplement aimer notre magnifique, notre incroyable planète, la réconforter, et lui dire combien on est désolés…

#savethearctic

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s