Quand Gainsbourg et Artaud sont au bout du fil

Déjà, c’est lundi, et c’est pas facile. En plus, le monde tourne pas rond, et on lui mettrait bien la tête au carré. Du coup, c’est pas comme si on serait contre un ou deux poèmes de bon matin. Et si lesdits poèmes pouvaient nous être lus par leurs auteurs, ce serait pas de refus.

h_14176941Perso, j’ai pas eu des masses de temps ce week-end pour retourner dans le passé demander à Gainsbourg de me prêter sa voix. En revanche je suis tombée sur John Giorno, un artiste à la fois très créatif et très en avance sur son temps : en 1968, il imagine Dial-A-Poem, devançant nos concepts de hotlines et de messages viraux, pour permettre à tout un chacun de se voir susurrer à l’oreille la poésie de John Ashbery, la verve du co-fondateur du Black Panther Party, la pop de Deborah Harry, la musique minimaliste de Philip Glass ou encore le mode d’emploi d’un cocktail Molotov. A l’époque, le concept fait un carton: après une première diffusion organisée par l’Architectural League à New York, le service poétique de Giorno sature les standards lors de l’exposition « Information » au MoMA (1970), avec plus d’un million d’appels.

À l’occasion de l’exposition “UGO RONDINONE : I ♥ JOHN GIORNO”, le Palais de Tokyo a eu la mega bonne idée de faire revivre l’oeuvre culte de John Giorno, en l’enrichissant de voix françaises retraçant plus d’un siècle de poésie, de 1915 à nos jours. Au programme: les voix originales qui ont marqué l’histoire des arts, la vie culturelle, et les luttes sociales, de l’abolition de la peine de mort aux droits des femmes, d’Antonin Artaud à Louise Bourgeois en passant par Serge Gainsbourg, Simone de Beauvoir, Bernard Heidsieck, Brigitte Fontaine ou encore Eric Duyckaerts. Soit, au total, 135 artistes, poètes, chanteurs, performers, et hommes politiques qui déroulent leurs voix pour mettre un peu de poésie dans notre monde de brutes.

Pour en mettre un peu dans votre lundi (de poésie, donc) et même jusqu’au 10 janvier prochain, il vous suffit d’appeler gratuitement le numéro vert 0 800 106 106 : les poètes seront au rendez-vous et au bout du fil pour vous mettre un peu de baume au coeur. Et puis si vous tombez, par hasard, sur le mode d’emploi du cocktail Molotov, prenez des notes, hein, on sait jamais…

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s