Quand des danseurs sourds mettent de la poésie dans un ballet

Pour nous réconforter des mille nouvelles merdiques quotidiennes qui agrémentent nos vies de fin de civilisation, il y a la beauté de la nature. Et l’art.

Le machin de ce matin, ce sera donc un extrait de la danse des Mille mains Guan Yin. Créée par le chorégraphe chinois Zhang Jigang, elle a été réalisée par 63 danseurs sourds d’une troupe chinoise, accompagnés de 6 administrateurs en habits blancs pour les aider à se synchroniser sur la musique… Un pur moment de poésie !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s