Il s’appelle Paul François et il a gagné contre Monsanto

Paul François refuse de passer pour une icône, qu’elle soit écologiste ou altermondialiste. Sans étiquette, donc, le garçon. Il n’en reste pas moins le premier en France à avoir fait condamner Monsanto, le géant américain de l’agrochimie. Gravement intoxiqué par le pesticide pour maïs Lasso, il va être indemnisé par la multinationale, reconnue responsable.

Et là, je laisse exploser ma joie :
Non mais hourra les amigos, vous rendez-vous bien compte ? Une brèche grande comme un épi de maïs transgénique vient d’être ouverte dans la responsabilité des fabricants de pesticides. Paul François appelle d’ailleurs à la création d’un fonds pour indemniser les victimes de pesticides. Autrement dit, ça va cracher. « La reconnaissance de la responsabilité de Monsanto dans cette affaire est essentielle : les firmes qui mettent sur le marché ces produits doivent comprendre que dorénavant elles ne pourront plus se défausser de leurs responsabilités vis-à-vis des pouvoirs publics ou l’utilisateur et que des comptes leur seront demandés”, voilà ce qu’elle dit, Maria Pelletier, la présidente de l’ONG Générations futures. Et elle ajoute même: “C’est une étape importante pour toutes les autres victimes des pesticides qui espèrent voir enfin confirmée la responsabilité des firmes dans la survenue des maladies qui les touchent. »

Voilà. Comme bonne nouvelle du jour j’avais trouvé ça pas mal.

Comme tout ça m’a donné pas mal la pêche, voici la full story pour ceux qui voudraient un peu plus de détail. Et comme je suis parfois matinalement surboostée par le challenge, je vous la fais en deux parties deux sous-parties :

Intro : Paul François est céréalier à Bernac, en Charente. En avril 2004, en vérifiant le nettoyage de la cuve d’un pulvérisateur de pesticides pour le maïs Lasso, il inhale une forte dose de vapeurs toxiques. Pris de malaises, il arrive aux urgences en crachant du sang.

Première partie : la lutte contre la maladie

A/ Les symptômes
Après cinq semaines d’arrêt, Paul François reprend son travail mais souffre d’importants problèmes d’élocution, d’absences, de maux de tête violents. Fin novembre 2004, il s’effondre sur le carrelage de sa maison. D’examen en examen, de coma en coma, une importante défaillance au niveau cérébral est trouvée. Depuis, Paul François souffre de troubles neurologiques. Des lésions sont apparues au niveau de son cerveau et il passe une IRM tous les six mois

B/ L’analyse
Aidé de sa famille et à ses frais, Paul François effectue des recherches sur le Lasso. En mai 2005, le coupable est identifié : il s’agit du monochlorobenzène, solvant répertorié comme hautement toxique et entrant à 50 % dans la composition de l’herbicide.

Deuxième partie : la lutte pour la justice

A/ La lutte pour faire reconnaître son intoxication comme maladie professionnelle
Après un premier refus de la Mutualité Sociale Agricole (MSA), Paul François fait admettre les conséquences de l’intoxication comme maladie professionnelle par le tribunal des affaires sociales. Décision confirmée par la cour d’appel de Bordeaux en 2010, affirmant la responsabilité de l’herbicide Lasso dans les problèmes de santé de l’agriculteur.

B/ La lutte contre Goliath
En février 2007, Paul François attaque Monsanto, convaincu qu’il connaissait les dangers du Lasso bien avant son interdiction en France (en novembre 2007, tiens tiens). Hé oui parce que pour info, le Lasso a été interdit dès 1985 au Canada, et depuis 1992 au Royaume-Uni et en Belgique. En février 2012, le tribunal de grande instance de Lyon reconnaît Monsanto responsable et condamne la firme à « indemniser entièrement » le céréalier charentais. Et voilà donc que la cour d’appel de Lyon lui donne définitivement raison cette semaine. Le verdict est clair : la multinationale est responsable du préjudice subi suite à l’inhalation du pesticide.

Conclusion :
Aujourd’hui, Paul François veut “remettre du vivant dans le sol”. Aidé de son associé, il œuvre à convertir une centaine d’hectares en agriculture bio.

Verbatim essentiel :
« J’ai vécu et évolué avec la chimie. C’était du pain béni et d’un grand confort, avoue-t-il. On utilisait des produits chimiques mais on produisait plus. Et comme tous, j’en étais fier.”
Source : Le Monde
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s