Il s’appelle Thom et il pourrait bien sauver la Grèce avec des salades

C’est pas des salades, c’est vrai de vrai : alors que la Grèce se trouve actuellement tout au fond à droite de l’impasse, et que les grands de ce monde oscillent entre stupeur et tremblements, Thom Feeney, employé dans un magasin de chaussures, a décidé de lui creuser une issue de secours à la mano.

Et voilà comment ça s’est passé, très exactement :
Thom était en train de savourer son habituelle salade tomates-feta-olives au grec du coin (depuis qu’il est allé à Thessalonique il y a trois ans, il en a fait une tradition du mercredi). Il avait sa petite chemise à carreaux, il se demandait si ça faisait pas trop hipster, et puis tout à coup sa salade l’a transporté en Grèce, il en avait plus rien à cirer de son look, il pensait à ses potes grecs, il mangeait une olive, il pensait à ses potes grecs, il mangeait un morceau de tomate, il pensait à ses potes grec… et ça s’est imposé à lui : “mais bon sang mais c’est bien sûr ! La Grèce doit 1,6 milliards au FMI, or 503 millions de personnes vivent en Europe. Donc à raison de 3 euros par tête, on sauve la Grèce en mode collaboratif, solidaire et autonome du genre les gouvernements n’ont qu’à bien se tenir on arrive.”*

Et comme Thom fait partie des gens top of the pop qui se donnent les moyens de leurs ambitions, il est directement passé à l’action en ouvrant une campagne de crowdfunding le 28 juin dernier. Le résultat ? On en est aujourd’hui à 1,6 millions d’euros donnés par 93,000 personnes.

Alors certes, on est encore loin de l’objectif. Mais hey, c’est vendredi, rêvons un peu : what if le milliard et demi était atteint ? Vous imaginez la tronche du FMI et des Etats ? Vous imaginez le cataclysme politique, économique, géopolitique ? La révolution sans précédent ? Le précédent, d’ailleurs ? Et ce qui pourrait suivre ? La résolution de la faim dans le monde et tout le tintouin ? Vous manquez d’imagination ? Rue89 en a pour vous et en a fait tout un article qui met du baume au coeur, de la fraîcheur dans la canicule et de l’espoir dans les yeux de ceux qui croient encore au pouvoir de la citoyenneté.

Et au cas où vous voudriez faire partie de ceux qui pourront dire à leurs petits-enfants : “évidemment que j’ai sauvé la Grèce, ça m’a coûté le prix d’une pinte”, hé bien c’est par ici les amis :

Capture d’écran 2015-07-03 à 12.57.42

* Comme d’habitude, quelques libertés ont pris la latitude de se glisser dans ce paragraphe, mais que voulez-vous, ce sont des libertés après tout…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s