Quand David Beckham peut aller se rhabiller

Certes, il y aurait pas mal de choses à dire sur les insuffisances de la loi Grenelle. Mais de une, “les insuffisances de la loi Grenelle” se situent en pole position dans la catégorie “sujets à n’aborder sous aucun prétexte au réveil sous peine d’annulation de journée”, et de deux, on n’est pas là pour ça.

On est là pour les bonnes nouvelles, nom de Zeus. Alors les voilà, toutes droit sorties du journal Sud-Ouest :
– A partir du 13 juillet, “les panneaux de publicité seront interdits dans les communes de moins de 10 000 habitants ne faisant pas partie d’une aire urbaine de plus de 100 000 habitants, ainsi qu’à leurs abords”. On pourrait dire: “oui mais les petits producteurs et la culture et le tourisme, alors ?” No problemo, ça a été prévu : “Les seuls affichages admis seront ceux qui indiquent les monuments historiques ouverts au public, les activités culturelles, les commerces de ventes des produits du terroir ou qui annoncent des opérations temporaires et manifestations exceptionnelles”. 
– A partir du 13 juillet, “les publicités et enseignes lumineuses devront être éteintes la nuit, entre 1h et 6h du matin, sauf pour les aéroports et les agglomérations de plus de 800 000 habitants”.

Ce nouveau texte sera appliqué à partir du 13 juillet prochain, soit cinq ans jour pour jour après avoir été voté dans le cadre de la loi Grenelle II, et se substituera à la loi de 1979 et au Code de l’environnement dans les villes qui ne disposent pas d’un Règlement local de publicité. On pourrait dire (oui, ça fait deux fois. Mais le matin, mieux vaut suggérer les questions plus ou moins pertinentes au lecteur, c’est bon pour l’interactivité) : “oui mais celles qui disposent d’un Règlement local de publicité, alors ?” Pas d’anguille sous roche de ce côté-là non plus : dans le cas où une commune décide ensuite d’instaurer son propre RLP, elle ne pourra pas être plus souple que cette loi. En revanche, elle pourra se montrer plus restrictive. Alléluia.

Hop hop hop, on a une pensée reconnaissante pour l’association Paysages de France, qui s’est battue très fort pour ça, on a une pensée émue pour les grandes villes comme Grenoble, qui ont déjà sauté le pas (et en plus, en lisant l’article sur Grenoble on comprend pourquoi on parle de David Beckham dans le titre de ce billet qui n’a apparemment rien à voir mais en fait si totalement), on a une pensée encourageante pour Bordeaux, qui suit le mouvement, et on se met en route pour la journée. Tout vient à point à qui sait agir.

ps-on-source-bordel : vous voulez vous farcir le décret de bon matin ? C’est par ici.

Advertisements

One thought on “Quand David Beckham peut aller se rhabiller

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s