Quand les animaux s’amusent : le coup de l’inséparable

Dans la série “Les animaux aussi s’amusent” (pour le moment on se rend pas encore bien compte que c’est une série, mais c’en est une dans mon cerveau qui anticipe les billets de blog comme un joueur d’échec anticipe les coups d’avance. D’ailleurs, saviez-vous que le maître Alik Gershon détenait le record du nombre de parties battues simultanément, en ayant joué contre 523 adversaires en même temps ? Personnellement ça me fascine, même si ça n’a strictement rien à voir avec ce post qui éclot plus lentement qu’un oisillon sort de sa coquille), voici cet inséparable, qui a l’air de penser que sa queue manque de plumes et de fantaisie. En vrai, et comme on sera vraiment content d’apprendre deux trucs aujourd’hui (on sait déjà pour les parties simultanées), il se trouve que c’est de cette manière que procèdent les inséparables et les perroquets pour transporter le matériel qui leur est nécessaire pour construire leur nid.
Mais là, point de nid en perspective : juste de l’amusement pur. Normal pour un samedi, non ?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s