Il s’appelle Seb et il est chercheur de trésors

D’un côté il y a ces mineurs à la limite de l’esclavagisme, travaillant dans des mines infernales, et qui creusent des trous béants et surnaturels dans le sol de notre pauvre planète qui n’a rien demandé à personne pour sertir les bagues de fiancées, qui, si elles savaient ce qui se fait au nom de l’amour, lâcheraient peut-être leurs lubies de bagouzes. Et nom de dieu qu’elle est longue cette phrase pour un matin on va tenter de faire mieux pour la prochaine.

De l’autre, il y a des petits gars comme Seb, un cristallier piqué par la passion des cailloux depuis sa jeunesse, travaillant en secret dans la montagne silencieuse, et qui creuse des petites galeries dedans pour en ressortir des joyaux aux noms impossibles, pour le plaisir, pour la gloire.

Entre les deux, il y a un monde. Il y a le pourquoi, et il y a le comment. Même le matin, on devrait toujours réfléchir au pourquoi et au comment. Seb, lui, y réfléchit depuis plus de 15 ans, alors qu’il retient sa respiration face à la beauté que lui offre la montagne quand il l’escalade, face au suspense que lui procure sa quête quand il y retourne, irrémédiablement, face au frisson que provoque chaque petit coup de piolet qui le rapproche, peut-être, d’un trésor.

Ah c’est sûr que c’est loin de nos métros, de nos pauses café et de notre bière en happy hour, ce monde de nature et de minéraux. Là où on a de la chance, c’est que Seb s’est donné la peine d’écrire un magnifique ouvrage sur le quotidien des cristalliers, et sur les épopées liées aux découvertes des plus beaux cailloux du monde. On lit ça comme un roman d’aventure, comme un roman d’espionnage, comme un roman d’amour, on sait plus où on est tellement ça nous happe, des fois on a froid tellement on est dans la neige jusqu’aux cuisses, des fois on a peur tellement on est dans les galeries toutes noires, des fois on va par ici tellement on a envie de le lire.

CC-CouvertureHD2

Ou alors on se regarde ce petit reportage (passé au 20h de France 2, quand même) pour se faire une idée de ce que c’est, le métier de cristallier. Et après on se rappelle avec émotion, quand on était gosse et qu’on partait à l’aventure avec son frère, des rêves et une gourde en poche, à la recherche des diamants qui nous attendaient dans la roche rouge et friable de notre terrain de jeu préféré, et qu’on attaquait à la fourchette, des étoiles dans les yeux.

Capture d’écran 2014-11-19 à 09.44.53

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s