Le son qui ne s’égare pas

On pourra dire que le clip de ce son est une incitation à la pratique de certaines activités illégales, telles que le fumage de pétards et le bombage de murs.
De là à insinuer que proposer un tel clip sur ce blog revient à militer en faveur de ces pratiques, il n’y a qu’un pas que je laisse à chacun la liberté de franchir. Ou pas. La liberté de pensée, il n’y a que ça de vrai, jours fériés inclus, surtout ceux qui célèbrent la fin d’une guerre vraiment merdique comme celle de 14-18.

On s’égare ? Non, pas du tout. On avance dangereusement vers le sujet, au contraire.
Car si ce son est sur ce blog, en vrai, c’est pour une célébration. Célébrons, célébrons, car nous tenons la preuve que la jeune génération musicale américaine ne se limite pas à des Bieber aux sourcils pathétiquement mobiles, et autres calamités tragi-comiques.
A côté, il y a des jeunes de 22 ans tel ce Dillon Cooper, un petit gars de Brooklyn qui relève le niveau d’un coup d’un seul, qui fait de la musique parce qu’il aime ça, qui a appris la guitare tout seul à l’âge de 7 ans, qui est passé par le prestigieux College de Berklee, et qui va même jouer avec De La Soul en décembre. Et qui nous offre sur ce son un flow digne des plus grands et un style aux petits oignons.

Alors pétards et bombes ou pas, ce son est avant tout une incitation à la créativité et à l’exploitation du talent quand on en a. Chapeau petit.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s