Il s’appelle Boyan et il mérite du champagne

Certes, il s’appelle Boyan, et c’est pas de la tarte de se coltiner un prénom pareil. Mais il a 20 ans, il est étudiant en aérospatiale, il est utopiste, et il s’est mis en tête de vider l’océan de ses déchets. Exactement le genre de mec perché et déterminé qu’il nous faut, vu le gros bordel qu’on a foutu… Bref.

Faut dire que le petit jeune a de la suite dans les idées. Primo, il imagine un système plutôt bien fichu d’entonnoirs flottants qui se mettent en action grâce aux courants marins, contre lesquels viendraient se coller les déchets, récupérés ensuite dans une immense tour flottante. Je passe sur les détails techniques, les références sont solides d’après les scientifiques, et ceux qui veulent vérifier peuvent aller se faire plaisir en se rendant sur le site de sa fondation, The Ocean Cleanup. Oui, parce que Boyan, il fait les choses bien, et donc deuzio, il crée sa fondation.

Son pari ? Diviser par deux le nombre de déchets plastiques flottant dans les océans en dix ans. Son challenge: trouver des fonds pour mettre au point un projet-pilote, qui pourra être mis en place dans les quatre ans et ainsi pousser le concept du «faisable» jusqu’au «réalisable ».

Pour ça, il lui faut 2 millions d’euros.
Et donc tertio : en juin dernier, il publie une vidéo dans laquelle il explique que, si on lui donne les sousous, il y va, il le fait. Il lance une campagne de crowdfunding et … Banco !!! 100 jours plus tard, grâce à 38.000 internautes qui croient en lui, notre petit jeune a ses 2 millions d’euros en poche.

Alors oui, c’est sûr, grâce à l’argent récolté, Boyan ne pourra bricoler que des barrages de 5 à 10 km, et pour que la totalité du projet aboutisse (objectif, on le rappelle : nettoyer l’ensemble des océans), il faudrait qu’ils fassent 100 kilomètres et ça remonterait les enchères à 300 millions de dollars… Certes également, y en a toujours pour être rabat-joie : entre Futura Sciences qui rappelle que la quantité de déchets ramassée (145 tonnes), ce sera peanuts au regard de ce dont les pêcheurs se débarrassent chaque année (160.000 tonnes) (c’est pas faux), Rue89 qui annonce que le système ne marchera que pour les macro-déchets qui ne sont pas vraiment le fond du problème (OK), et le patron de la Surf Rider Foundation, qui rappelle que ce n’est qu’un pansement et que c’est changer notre société de merde qui est une priorité (on est bien d’accord), y aurait presque de quoi être déprimé. Finalement.

Mais non. Ne soyons pas déprimés, nom de Zeus ! Il y a encore des jeunes qui croient en l’avenir et qui ont des projets et qui les mettent en œuvre. Et en plus ils viennent chercher des solutions à des problèmes dont ils ne sont même pas responsables. Alors y a toute une génération (ou deux, ou trois), qui ferai(en)t mieux de fermer leur grande gueule désabusée et d’ouvrir le champagne à leur santé. En disant un grand merci à Boyan… D’autant que le champagne au réveil, ça fait un sacré bon machin du matin, moi je dis. (mais on jette pas la bouteille à la mer après hein ? 😉 )

Boyan-slat-ocean-cleanup-project-interview

Advertisements

3 thoughts on “Il s’appelle Boyan et il mérite du champagne

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s